La douce performance du PSG à Man City suggère que Pochettino pourrait être mieux à Man Utd

Vous ne trouverez pas souvent une rencontre de deux poids lourds de la Ligue des champions dans laquelle les 90 minutes sur le terrain sont un spectacle, mais ils étaient lors de la victoire 2-1 de Manchester City sur le Paris Saint-Germain.

D'une part, le RB Leipzig menait 4-0 à la mi-temps contre le Club de Bruges, ce qui rend le résultat au stade Etihad mercredi largement redondant : ces deux équipes savaient qu'elles seraient en huitièmes de finale si Leipzig l'emportait.

Le jeu était donc une intrigue secondaire, quoique du calibre de la salle des écrivains de la succession. L'histoire principale était liée à une dynastie dysfonctionnelle totalement différente, le discours d'avant-match dominé par Mauricio Pochettino et la dernière recherche d'un manager après Ferguson par Manchester United. Vous devez le remettre à United pour avoir fait davantage parler d'eux l'un des plus gros matchs de la saison de leurs rivaux. Des voisins bruyants, en effet.

Pochettino, nous sommes amenés à le croire, a des réticences à rester comme entraîneur-chef du PSG, malgré le fait qu'il a insisté cette semaine sur le fait qu'il appréciait la vie au club. Avec sa famille toujours à Londres et un malaise autour du Parc des Princes, l'ancien patron de Tottenham, dit-on, serait très intéressé par un retour en Angleterre via United.

Il semblait définitivement que les esprits du PSG étaient ailleurs en première mi-temps. Leurs plans ont été bouleversés par la perte de Marco Verratti et Georginio Wijnaldum à cause de blessures tardives, tandis que Sergio Ramos est toujours un spectateur, et ils étaient nettement deuxième contre les champions de Premier League malgré le score de 0-0.

Alors que le trident scintillant de Lionel Messi, Neymar et Kylian Mbappe ne montrait qu'une étincelle étrange, les attaquants de City brillaient de mille feux, Riyad Mahrez donnant le ton à chaque magnifique première touche. Ilkay Gundogan a touché le poteau alors qu'il aurait dû marquer ; Marquinhos a dirigé un blocus de la surface de réparation, le capitaine et Achraf Hakimi arrêtant chacun les efforts liés au but.

Là, au moins, Pochettino mérite crédit. Avec Ander Herrera, Idrissa Gueye et Leandro Paredes examinant les quatre derniers, il était difficile pour City de tester Keylor Navas malgré le fait que « MNM » protégeait ses propres défenseurs ainsi qu'une coque en chocolat protégeant une cacahuète. Garder le cap et faire confiance à ses stars pour improviser n'est pas une méthode pour laquelle Pochettino est réputé; c'est tout droit sorti du livre de jeu d'Ole Gunnar Solskjaer, celui qui lui a valu quatre victoires sur Pep Guardiola dans toutes les compétitions en tant que manager de United.

Mais cela a donné au PSG son avance cinq minutes après le début de la seconde mi-temps. Le centre de Messi a été dévié vers Mbappe et il a traversé les jambes d'Ederson. C'était son 29e but en Ligue des champions en 50 matchs, un total dépassé seulement par deux joueurs français dans l'histoire et un que vous pensez qu'il dépassera facilement.

Le PSG a commencé à menacer une seconde à la pause, mais après la défaite de Herrera sur blessure, Raheem Sterling a poignardé au deuxième poteau après que Rodri ait brillamment joué contre Kyle Walker. Ce n'était pas moins que ce que City méritait et peu de gens leur auraient reproché leur vainqueur, Gabriel Jesus dirigeant le ballon depuis la mise à pied de Bernardo Silva après que Mahrez se soit vu accorder un espace pour centrer par la droite pour ce qui semblait être la 37e fois. C'était un excellent antidote à leur défaite 2-0 à Paris, où City a tout fait avec le ballon sauf le mettre entre les poteaux de but avant que Messi ne tue de manière spectaculaire le match.

Et c'est peut-être la clé à retenir de ce caoutchouc pas tout à fait mort. Les deux projets les plus somptueux de l'histoire du football ont suivi des parcours disparates : tandis que l'un est porté par des stars individuelles, l'autre est propulsé par la magie de son manager. Ni l'un ni l'autre n'a encore conduit au trophée de la Ligue des champions, mais sur cette preuve, ce sont les hommes en bleu ciel qui seront au défi cette saison.

City, incontestablement, est la ville de Guardiola. Ce n'est pas le PSG de Pochettino. Et tant que ce sera le cas, les discussions sur le mécontentement se poursuivront et l'ombre d'Old Trafford se profilera dans la ville lumière.

Réservé aux plus de de 18 ans

Jouer comporte des risques : isolement, endettement… Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé) pour vous faire aider.

Liste des opérateurs agréés de l'Arjel

Partenaires : S'inscrire sur Pokerstar Unibet Parions Sport Winamax